2 mars 2022

Comment l’Immersive Learning améliore l’apprentissage ?

Face aux enjeux de la formation, comment améliorer le taux de rétention et l’implication des apprenants dans leur parcours de formation ?

L’Immersive Learning allie technologies innovantes et sciences cognitives, pour faire de l’expérience en Réalité Virtuelle un moteur d’apprentissage expérientiel et émotionnel.

Analysons comment, grâce à une pédagogie ludique, active, interactive et immersive, notre cerveau ancre nos connaissances.


Un enjeu pédagogique

Et si vous saviez réagir face à n’importe quelle situation car vous l’aviez déjà vécue

L’obsolescence programmée des compétences est l’un des véritables enjeux du 21ème siècle. Alors, comment actualiser perpétuellement ses connaissances et être opérationnel en toutes circonstances ?

L’essor du secteur de la formation de manière générale montre bien le besoin d’apprentissage tout au long de sa vie. Mais face aux multiples modalités pédagogiques offertes par le développement des technologies digitales, on peut se demander lesquelles sont véritablement efficaces.

Particulièrement quand on analyse l’échec cuisant des retours sur investissement de certaines expériences d’apprentissage concernant le taux de connexion, de complétude et surtout de rétention des apprenants, de ces dispositifs.

Une implication émotionnelle

Le cerveau humain, économe et paresseux par nature a besoin d’être sans cesse stimulé pour enclencher le processus d’apprentissage et c’est précisément là que se situent tous les enjeux et perspectives de l’Immersive Learning. 

En effet, de nombreuses études scientifiques démontrent que l’expérimentation et l’implication émotionnelle favorisent la capacité cognitive intrinsèque de l’individu.

On peut citer parmi elles :

  • La théorie des marqueurs somatiques d’Antonio Damasio qui met en évidence un état de complémentarité entre émotions et facteurs cognitifs. 
  • Les 4 phases du cycle d’apprentissage expérientiel de David Kolb qui décrit le vécu comme premier lieu d’apprentissage ou de développement des compétences. 

Les 4 piliers de l'apprentissage

Mais alors comment l’Immersive Learning à travers des expériences en Réalité Virtuelle favorise notre cognition sur le long terme ? 

Vraisemblablement, parce qu’il permet de concilier les 4 piliers de l’apprentissage développés par l’expert français en neurosciences Stanislas Dehaene : 

  • L’attention, l’apprenant est totalement immergé dans son apprentissage.
  • L’engagement actif, il est acteur et moteur de son parcours.
  • Le retour d’information immédiat, il expérimente, vit les conséquences de ses choix et réajuste sa pratique instantanément à travers son vécu expérientiel et émotionnel.
  • La consolidation, il assimile de manière inductive des principes et concepts grâce à  la diversité des mises en situations favorisant ainsi sa capacité d’adaptation.

Les résultats édifiants de l'Immersive Learning

De plus en plus démocratisées, les technologies immersives (réalité virtuelle, augmentée ou étendue) n’ont plus à démontrer leur pertinence dans une multitude d’applications très diverses : la sécurité au travail, la diversité en entreprise, le management, la vente, les soft-skills, les ressources humaines, la santé

 

Dernièrement, une étude de PWC US a mis en lumière des chiffres à peine croyables concernant les résultats de l’apprentissage en Réalité Virtuelle versus des méthodes plus classiques.

 

  • Les apprenants formés en Réalité Virtuelle se sentent jusqu’à 275% plus confiants à l’idée d’agir et mettre en pratique ce qu’ils ont appris au cours de leur formation. Une amélioration de 40% par rapport à la formation en salle de cours classique et de 35% par rapport à la formation en E-Learning. 

 

  • Une attention et une rapidité de complétion de la formation des apprenants 4 fois plus élevées par rapport à une formation classique en présentiel. Le ratio de 30 minutes de Réalité Virtuelle correspondant à 2 heures de formation en présentiel laisse la possibilité à des perspectives multiples concernant le potentiel de montée en compétence de chacun.

 

  • Les apprenants formés par la VR se sentaient 3,75% plus impliqués émotionnellement dans la formation comparativement à ceux formés en présentiel.

Une disruption des biais cognitifs

L’impact émotionnel favorisé par l’immersion est un facteur essentiel du déclenchement du mécanisme d’apprentissage chez l’être humain. 

Les stimulis entraînés par la création d’émotions positives ou négatives provoquent un processus de remise en question des connaissances internes validées jusque-là par notre cerveau (nos biais cognitifs). Ainsi, celui-ci les reconnaît de facto comme obsolescentes face à une situation donnée et il enclenche automatiquement un mécanisme d’actualisation des savoirs, actions ou pratiques dans ce même contexte. 

Il va également pouvoir en tenir compte dans l’élaboration d’autres comportements pour des situations similaires ou qu’il identifiera comme ayant des similitudes.

 

C’est la faculté de l’Homme à savoir s’adapter à son environnement qui est directement lié à son apprentissage tout au long de sa vie et par concordance à son évolution.

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle

pour recevoir nos derniers articles de blog et suivre notre actualité.

1
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right

Un avenir prometteur

Ainsi, selon les travaux de recherche de Martin M.Broadwelle repris et développés par Abraham Maslow : l’acquisition d’une nouvelle compétence débute par une prise de conscience de l’apprenant sur son besoin d’apprentissage

Puis, le processus d’apprentissage démarre, stimulé par les dimensions émotionnelle et expérientielle. L’apprenant s’approprie et se familiarise avec les notions liées à cette compétence par ses expériences et expérimentations passives et actives jusqu’à ce qu’elles soient totalement assimilées par son cerveau. 

Il devient alors capable de mettre en pratique cette compétence de manière inconsciente pouvant ainsi effectuer d’autres tâches en simultané, l’expliquer et la transmettre. 

 

On voit très clairement que l’utilisation d’une pédagogie ludique, active, interactive et immersive via les technologies de Réalité Virtuelle favorise nettement la mise en place et l’avancement de ce processus directement lié à la dimension cognitive. 

 

Nous ne sommes à date qu’aux prémices des possibilités qu’offrent de telles technologies. En effet, les perspectives d’évolution sont innombrables et restent à explorer notamment avec l’avènement du métaverse. 

On peut tout à fait imaginer une transformation notable des usages et pratiques de la formation dans les années à venir indexées sur l’essor des technologies XR dans des mondes virtuels.  

 

L’Homme trouvera alors le moyen de s’adapter aux nouveaux défis de ces environnements futuristes. 

Gaëlle Da Costa Giustiniani

Immersive Learning Manager
Reality Academy